Origine et diffusion du glyphosate

Le glyphosate est une molécule découverte en Suisse en 1950. Lors de cette découverte, l’application potentielle de cette substance n’était pas encore connue. Il a fallu attendre les années 1970 pour que Monsanto découvre le potentiel du glyphosate et dépose un brevet sur la molécule. Une fois le brevet déposé, Monsanto commence à commercialiser le glyphosate sous le nom de Roundup.

Très rapidement, les usages du Roundup, donc du glyphosate, se multiplient :

  • contrôle des mauvaises herbes (application post-récolte) ;
  • traitement pré-récolte sur les céréales et oléagineux ;
  • utilisation aquatique et semi-aquatique (rizières) ;
  • défoliant et désherbant domestique et urbain, pour le jardinage et l’entretien des espaces verts.

Par ailleurs, le Roundup est aussi utilisé pour la lutte anti-narcotique ! Dans les faits, le glyphosate a été utilisé en Colombie pour détruire des champs de coca.

Depuis 2000, le glyphosate n’est plus protégé par un brevet, ce qui permet à de nombreux industriels de l’utiliser dans leurs productions.

Quelques chiffres clés

Group 8 Created with Sketch.
9000

9000 tonnes, c’est la quantité de glyphosate utilisée en France en 2017.

Group 8 Created with Sketch.
5 milliards

Le montant des ventes du seul Roundup de Monsanto s’élève à 5 milliards de dollars.

Group 8 Created with Sketch.
Plus de 40

Plus de 40 industriels produisent du glyphosate depuis son entrée dans le domaine public (2000).

Utilisation du glyphosate

Comme évoqué précédemment, il existe diverses utilisations au glyphosate dans le monde. La suite de cet article détaille les différents usages de ce produit phytosanitaire rendu populaire par l’entreprise Monsanto.

Les applications agricoles du glyphosate

Le tableau ci-dessous présente les deux applications agricoles du glyphosate les plus répandues à ce jour.

Application

Détails

Désherber sans labourer Le glyphosate détruit toutes les plantes à leur contact, mais n’a pas d’effet destructeur sur celles qui sont plantées par la suite. Le produit est alors utilisé après récolte ou alors entre deux cultures.
Améliorer la récolte Répandu sur les céréales ou les oléagineux mûrs sept jours avant la récolte, le glyphosate permet d’éliminer les mauvaises herbes potentielles. Le glyphosate permet donc de réduire la période de dessiccation et améliore le rendement.

Il apparaît donc, selon ses principaux usages, que le glyphosate participe grandement à la réussite économique de l’agriculture intensive.

Les autres applications du glyphosate

Au niveau mondial, le glyphosate se retrouve dans de nombreuses applications. Dans les faits, les particuliers l’utilisent presque autant que les professionnels. Par exemple, les usages majeurs du glyphosate sont :

  • le jardinage (pour les particuliers) ;
  • l’entretien des espaces verts ;
  • la protection des infrastructures contre la végétation (chemins de fer, adossements, digues, …) ;
  • limitation du développement d’algues dans les étendues d’eau.
Le saviez-vous ?

L’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) estime que les effets cocktails entre le glyphosate et ses adjuvants est « préoccupant ». L’inquiétude est d’autant plus grande que le glyphosate a besoin d’agents de surface pour pénétrer dans les plantes qu’il traite.

Glyphosate : un risque pour la santé ?

Si le glyphosate fait parler de lui ces dernières années, ce n’est pas forcément positif. Ce produit est en effet accusé de présenter de nombreux risques pour la santé, mais qu’en est-il vraiment ? Quelles sont les accusations portées contre le glyphosate ?

Les raisons d’une inquiétude

Tout d’abord, le glyphosate est un herbicide systémique qui contamine l’ensemble d’une plante, même s’il n’a été pulvérisé que sur une partie de cette dernière. On retrouve donc du glyphosate dans toute la chaîne alimentaire, jusque dans notre corps !

Par ailleurs, l’utilisation du glyphosate en traitement pré-récolte est délicate. Dans les faits, il tolère difficilement les incertitudes sur la date de moisson, même si elles sont moindres :

  • pulvérisé trop tôt, le glyphosate se stocke dans les épis ;
  • s’il est pulvérisé trop tard, il est trop présent en surface au moment de la récolte.

L’omniprésence du glyphosate au niveau mondial est parfois mise en relation avec des phénomènes épidémiologiques reconnus, mais mal compris. Parmi ces phénomènes médicaux : hausse des cancers, maladies auto-immunes, baisse de la fertilité, troubles hormonaux, etc.

Une dangerosité difficile à démontrer

Le glyphosate a été déclaré comme étant potentiellement cancérigène par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). En revanche, cette dangerosité n’a pas été confirmée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la FAO (Food and Agriculture Organization) ou encore les agences de santé.

Il apparaît alors que la dangerosité du glyphosate est compliquée à démontrer. Dans les faits, les différents organismes officiels de santé semblent avoir quelques réticences à véritablement affirmer que ce pesticide présente divers risques pour la santé des Hommes. À noter qu’il existe des recours juridiques en cas de maladie due aux pesticides.

Ce qu’il faut retenir 

Le glyphosate est un produit, certes, dangereux pour la santé et pour l’environnement, mais l’interdire n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Divers enjeux sont liés au glyphosate, ce qui en fait un vrai problème de société. Pour que l’interdiction du glyphosate soit vraiment efficace, il faudrait l’accompagner d’une campagne de sensibilisation et d’alternatives écologiques.

La menace environnementale représentée par le glyphosate

Le glyphosate présente un danger pour l’Homme, mais aussi pour l’environnement. Ce produit phytosanitaire est en effet assez fort, ce qui a diverses répercussions. Quels sont les dangers du glyphosate pour l’environnement ? Zoom sur la menace environnementale que représente le produit phytosanitaire mis à l’honneur par Monsanto.

Contamination et danger pour la biodiversité

Tout d’abord, le glyphosate est une molécule qui pollue durablement les sols. Par ailleurs, utilisé en produit de dégradation par les agriculteurs (contre les mauvaises herbes par exemple), le glyphosate est une menace pour les terres agricoles. Il apparaît en effet que la principale menace environnementale de ce pesticide chimique est l’appauvrissement des terres agricoles.

Outre les terres agricoles, les eaux sont aussi menacées par le glyphosate. Une contamination des eaux de surface et des eaux souterraines a été prouvée. D’autre part, la toxicologie du glyphosate sur les écosystèmes et les espèces les plus fragiles est avérée, mais n’a pas été étudiée. Parmi les espèces menacées par les effets du glyphosate se trouvent :

  • des petits rongeurs ;
  • plusieurs espèces d’oiseaux ;
  • des insectes ;
  • divers batraciens, etc.

Un risque pour l’avenir

L’utilisation du glyphosate couplée aux OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) pourrait avoir des effets dévastateurs sur la planète. Il semblerait que coupler ces deux types de produits chimiques mènerait au développement d’adventices résistantes et invasives, ce qui pourrait bien nuire aux terres agricoles.

Concernant les agricultures intensives, l’utilisation du glyphosate sur le long terme peut mener à une stérilisation des sols. Autre risque non négligeable engendré par l’usage de ce produit phytosanitaire : la disparition des résiliences naturelles face aux crises.

Faut-il interdire le glyphosate ?

La question qui se soulève après avoir pris conscience de tous les risques liés à l’utilisation du glyphosate est : faut-il interdire le glyphosate ? La complexité de cette question est qu’elle n’est pas qu’écologique. Dans les faits, l’interdiction du glyphosate serait une décision, certes, écologique, mais aussi politique et sociétale. Ainsi, cette question est véritablement complexe puisqu’elle est liée à divers enjeux.

Pour conclure, l’interdiction du glyphosate devrait être un préalable au développement d’alternatives plus saines et respectueuses de l’environnement. Sans cela, interdire le produit phytosanitaire pourrait entraîner l’utilisation d’autres produits encore plus dangereux.

Les +
  • le glyphosate est particulièrement facile d’utilisation, puisqu’il permet de traiter des champs sans condamner les récoltes elles-mêmes.
Les -
  • le glyphosate participe à un mode de production agricole qui menace la biodiversité, appauvrit les sols, pollue les eaux et détruit le tissu social et les paysages ruraux ;
  • les effets sanitaires du glyphosate à long terme, notamment par des effets cocktails encore mal connus, devraient entraîner la plus grande prudence de la part des consommateurs.