Création et vente de pesticides : ces entreprises qui ont un intérêt financier

Malgré la prise de conscience écologique générale observable ces dernières années, les pesticides chimiques restent très utilisés. En d’autres termes, le marché des pesticides de synthèse est très lucratif. De ce fait, diverses entreprises ont un intérêt financier pour les pesticides et les soutiennent.

La plus grande entreprise qu’il est obligatoire de citer sur le sujet du lobbying des pesticides est Bayer-Monsanto. Initialement, ces deux firmes étaient indépendantes, mais elles ont fusionné il y a quelques années. Voici un (très) rapide historique de Monsanto, avant son rachat par Bayer :

  • 1901 : Monsanto est créé ;
  • 1917 : Monsanto se lance dans la production d’aspirine ;
  • 1929-1935 : Monsanto rachète différentes firmes pharmaceutiques ;
  • 1955 : Monsanto rachète Lion Oil (raffineries) et commence la production d’engrais constitués de dérivés pétrochimiques ;
  • 1959 : Monsanto commence à produire l’herbicide Lasso, plus connu sous le nom d’agent orange ;
  • 1975 : le Roundup est mis sur le marché, un puissant herbicide à base de glyphosate ;
  • 1993 : le Posilac, hormone de croissance laitière créée par Monsanto, est mis sur le marché avec l’autorisation de la FDA, il s’agit du premier produit OGM autorisé à la consommation ;
  • 2007 : la France condamne Monsanto pour publicité mensongère concernant le Roundup ;
  • 2016 : Bayer rachète Monsanto pour 66 milliards de dollars.

En 2016, le laboratoire allemand Bayer rachète Monsanto, l’entreprise à l’origine du succès du Roundup. Le Roundup est un herbicide très puissant composé de glyphosate, qui a créé de nombreux scandales. En effet, Monsanto a été condamnée à verser des dommages et intérêts à diverses reprises à des personnes ayant développé des pathologies lourdes suite à leur exposition au Roundup. Malgré tout, Bayer-Monsanto continue de soutenir les pesticides.

Bayer, en rachetant Monsanto, s’est retrouvé dans l’obligation de régler toutes les amendes et autres sanctions financières imputées à Monsanto. Ainsi, Bayer-Monsanto, qui figure parmi les plus grandes entreprises soutenant les pesticides chimiques, ne semble pas vivre la success story qu’elle imaginait.

Quelques chiffres clés

Group 8 Created with Sketch.
4,2 milliards de dollars

Depuis le rachat de Monsanto, les différents procès à l’encontre de Monsanto ont coûté 4,2 milliards de dollars à Bayer.

Group 8 Created with Sketch.
25 millions de dollars

Monsanto est condamnée à verser 25 millions de dollars de dommages et intérêts à un retraité ayant développé un cancer à cause du Roundup.

Group 8 Created with Sketch.
50 000

Monsanto a été visé par près de 50 000 plaintes concernant le Roundup et ses effets néfastes.

Les structures principales qui vendent des pesticides

Mis à part l’entreprise précédemment mentionnée, il existe d’autres structures qui vendent des pesticides chimiques. Parmi les autres types d’entreprises qui soutiennent les pesticides figurent notamment les coopératives agricoles. Pour la définir simplement, la coopérative agricole est une structure qui n’est ni civile, ni commerciale. Le but de ce type d’entreprise est l’utilisation commune par les agriculteurs de tous les moyens permettant de développer ou de faciliter leur activité économique.

Il apparaît que les coopératives agricoles ont des intérêts financiers vis-à-vis des pesticides. En effet, ils en vendent et conseillent les agriculteurs sur la façon dont ils doivent les utiliser. La loi Alimentation du 30 octobre 2018 vient, cependant, perturber les intérêts économiques des coopératives agricoles avec les pesticides. Cette loi expose effectivement une obligation de distinguer le conseil sur l’utilisation des pesticides et leur vente. Cela est appliqué dans le but de limiter l’utilisation des pesticides chimiques, qui ont des effets néfastes sur la biodiversité, l’environnement d’une façon générale et la santé de l’Homme.

Le saviez-vous ?

L’Agent Orange de Monsanto a été vendu à l’armée américaine pour défolier la jungle vietnamienne entre 1961 et 1971. Ces herbicides contenaient de fortes concentrations de dioxine, ce qui a causé divers troubles médicaux chez les soldats américains et ce qui continue d’affecter la santé de la population vietnamienne.

Les autres structures soutenant les pesticides : lobbies pour les pesticides

Outre les entreprises et les coopératives agricoles, d’autres structures soutiennent les pesticides. Parmi celles-ci, les lobbies. Il s’agit de structures rémunérées pour apporter un soutien aux produits phytosanitaires de synthèse, ou qui ont des intérêts financiers avec eux. Par ailleurs, un lobby peut être une personne morale ou une personne physique. Depuis 2016, les lobbies sont encadrés par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. S’il existe des lobbies qui soutiennent des pesticides, il en existe d’autres qui luttent contre l’usage de ces substances chimiques.

Parmi les lobbies soutenant les pesticides chimiques figurent par exemple :

  • la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), un modèle agro-industriel fortement dépendant des pesticides et des engrais ;
  • les Jeunes Agriculteurs (JA), un regroupement de jeunes agriculteurs comme son nom l’indique, qui donne des conseils en termes de pesticides aux agriculteurs ;
  • l’Association Européenne pour la Protection des Plantes (ECPA), une structure qui regroupe tous les fabricants de pesticides.
Ce qu’il faut retenir 

Les fabricants de pesticides ont de gros intérêts financiers, mais d’autres groupes aussi. C’est notamment le cas des coopératives agricoles et de différentes autres structures. Parmi celles-ci, des regroupements, des associations, etc.

Les +
  • le travail des lobbies est désormais encadré et réglementé par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique ;
  • une prise de conscience collective concernant les pesticides chimiques et leurs effets néfastes sur l’environnement et la santé de l’Homme est observable ;
  • différentes alternatives naturelles aux pesticides chimiques existent.
Les -
  • les lobbies des pesticides sont très influents, ils se composent par exemple d’entreprises cotées en Bourse ;
  • de nombreuses entreprises et structures ont des intérêts directs ou indirects vis-à-vis des produits phytosanitaires de synthèse ;
  • les lobbies pour les pesticides chimiques sont présents partout dans le monde, ce qui renforce leur poids.